Tester L’Eau

Préparatifs Pour L’aventure Sur Le Lac


La Carte
Les pensées de Rima:
J’espère que je vais pouvoir dormir. Je suis claquée par le décalage horaire et le boulot. C’était la course folle cette semaine…

Wow, avez-vous vu toute cette neige?

Darcy a vraiment tous les vêtements adéquats. Super ! Je me demande si je pouvais lui emprunter des combines…

 

 

 

 

… Donc je suis allé chercher Rima à l’aéroport vers 15h en ce samedi 17 février 2007 pour l’amener ensuite au « bureau » pour aller chercher l’équipement nécessaire durant notre séjour sur le lac. C’est notre première rencontre après plus de 10 mois d’échanges courriels et de discussions à distance.

Elle m’a averti qu’elle ne savait absolument pas comment d’habiller pour l’hiver et qu’elle ne savait pas faire du ski de randonnée. Une chance qu’elle était partante pour un petit « trip » de camping hivernal ! On avait deux choix : soit que ça allait être le pire cauchemar de notre vie, soit qu’on allait réussir à avancer vers un but commun. Il fallait « tester l’eau » ou préparer le terrain.

Initialement, il était prévu de passer l’équipement en revue et permettre à Rima de se familiariser avec le ski de fond pendant 2 jours. Elle devait aussi se pratiquer à tirer les traineaux avant de s’attaquer à l’aventure de 100 km au travers du lac Winnipeg.

La première soirée de ski a permis à Rima de maîtriser la base du mouvement en ski, marche et glisse, tout en utilisant ses bâtons de façon plus efficace. Je l’ai entrainée dans un tour du parc pour environ 4 km. Malheureusement, ma fixation de ski gauche s’est brisée et j’ai dû boiter sur une distance d’environ 1 km (ou un quart de notre expédition) jusqu’à la maison.

Les pensées de Rima
Faire du ski de fond à cette heure du soir (19h) quand je suis debout depuis 4 h du matin : merdouille!!! Moi, qui avais espéré me coucher assez tôt. C’est raté! Tant pis, il faut que t’arrête de te plaindre ma belle et que tu fonces !

Pfft! Je me sens tellement incompétente: on dirait que je ne bouge pas d’un pouce sur ce terrain. Quelques gros mots me passent pas la tête, terrain glissant. Bordel ! Une pente… woah! woah! De plus grandes pentes : « Darcy, regarde ailleurs svp! »- Ahhh!

C’est une bonne chose que la fixation de Darcy se soit brisée, comme ça j’ai le temps de le rejoindre.

Le deuxième jour de préparatifs, Rima est partie vers 7h pour pratiquer son ski pendant que je suis allé voir s’il y avait moyen d’acheter de nouvelles fixations.;

Les pensées de Rima
Marche, glisse… marche glisse…

C’est quand même chouette de
sentir que je suis en train de
comprendre ce satané sport!

Évidemment, il semblerait que personne ne vend ce genre de fixations et mon dernier recours est de voir si je peux les réparer moi-même. J’ai trouvé du plastique pour le boulonner afin de solidifier la fixation originale et un morceau du bon vieux « Duct tape » argent devrait faire le reste.

Les pensées de Rima
Wow, tirer un traineau ? C’est pas mal plus facile que de trainer un pneu (voir la section Armes secrètes de la Zone Expédition).
Peut-être qu’on pourrait mettre un peu de poids dedans?

 

J’ai testé les fixations sur une petite distance de 1.5 km, en tirant les traineaux.

Les fixations ont tenu le coup et l’ajout de plastique semble faire l’affaire.

La Traversée Du Lac

Jour 1: Est-ce que je peux la faire craquer?


Camp 1 Au coucher du soleil

Statistiques:

À 10:45 nous quittons Patricia Beach. Il y a un peu de brise ce matin et nous décidons que deux chandails formeraient une bonne protection. Après quelques pauses et un premier 10 kilomètres derrière nous, je décide de mettre Rima mentalement à l’épreuve en skiant environ 1 kilomètre devant elle. Elle fait de gros efforts pour garder le rythme. Je me sens un peu coupable et je décide de laisser un petit mot d’encouragement dans la neige. Nous arrêtons vers 17h30 pour monter le camp.

Les pensées de Rima
Ciel! Je suis crevée… Ah! Il faut que j’arrête de me plaindre!

Première crête à surmonter: "RAAHHHH!"
Skier avec Darcy: Wow. Le gars est vite. Je me demande s’il est frustré? Ben coudonc! Il est loin maintenant. Super, je vais pouvoir aller à mon propre rythme…lentement… Ah! Il est maintenant temps de chanter une petite chanson pour le moral… « Summer time and the living is easy..... ».
Quelques heures plus tard: Génial! Un message! Merci!

Son visage s’éclaire d’un sourire et elle me remercie avant de se lancer de nouveau au boulot, en m’aidant à monter la tente. Aucun signe d’agacement de sa part et elle n’a pas trop l’air de m’en vouloir…
Les pensées de Rima
Oups! Darcy est en train de monter la tente.  Vas-y fille, dépêche-toi sinon il va réussir à faire tout le travail, tout seul.

Un coucher de soleil mémorable !

 

 

 

J’ai cuisiné le souper : du poulet réhydraté accompagné d’un riz hawaïen avec une portion de pain pita, de fromage et de « jerky » de chevreuil.  C’était succulent.
 

Les pensées de Rima
Pas mal cette nourriture lyophilisée ! Ça goûte meilleur que je l’aurais crû ! Mais c’est quand même un peu croustillant quand même. Ce n’est pas grave, ça se laisse manger.

 

Dernières pensées du jour: les fixations tiennent le coup, les conditions sont excellentes et le coucher de soleil était magnifique.

 

Jour 2: Le désastre culinaire


Camp 2: Il a neigé la nuit dernière

Statistiques:


Le réveil s’est fait vers 8h, j’ai fait bouillir l’eau pour le déjeuner et nous sommes avons chaussé nos skis de 9h45 à 17h.

Je continue de pousser les limites de Rima en restant devant elle pour environ 1-2 kilomètres. J’essaie quand même de la laisser me rattraper de temps en temps. Il faisait plus froid aujourd’hui et j’ai dû accélérer le pas car il était facile de prendre froid en l’attendant. J’ai dû me couvrir un peu plus chaudement et la visibilité nous empêchait de voir les obstacles.

Les pensées de Rima
Wow ! Darcy, mon gars, tu files! Ok Rima, prends ça cool, pas de stress.
Pour être capable de tenir le coup, il faut savoir aller à son propre rythme.
Enfin! Ca me permet de chanter d’autres chansons pour le garder le moral…
« I've got the whole world in my hands.... »

Wow ! Je ne peux presque plus le voir et mes yeux me jouent des tours.
Il est une fourmi qui vole à l’horizon! Je pense que je devrais être en tête demain.


Darcy file à toute allure

 

 

 

 

 

Rima était une demi-heure derrière moi, donc vers 17h j’ai décidé de monter le camp. Comme il y avait un peu de vent et de neige, j’ai creusé un vestibule et entrepris d’immobiliser la tente avec les bâtons de skis et en plaçant les traineaux de côté pour protéger la tente des vents. Rima arrive enfin et commence immédiatement à préparer le souper. Toujours aucun signe d’impatience et elle semble garder le moral.

Elle a préparé sa fameuse soupe chinoise- aigre-douce- qui sentait en fait comme une originale en chaleur! Elle a ensuite servi un émincé végétarien assaisonné aux tomates et basilic agrémenté…de mon restant de soupe! Pour finir, elle a servi du macaroni préparé dans un thermos. Ce n’était pas très savoureux - elle a elle-même reconnu le désastre- et s’en est excusé.

Les pensées de Rima
Wow. Il a mangé la soupe. Je suis impressionnée car je ne suis pas moi-même une grande amateure de cette soupe…

Oh, merdouil… Le macaroni est une espèce de pâte ratée payée pas cher et le fait d’ajouter épices de la soupe de Darcy à l’émincé végétarien lui a donné un drôle de goût… Ouach! J’ai horreur de faire ça mais bon, au point où on en est, il vaut mieux oublier toute l’histoire. C’est l’heure des petits biscuits secs pour sauver les apparences !

 

J’ai appelé Carol (mon épouse) qui nous a informé du changement de conditions climatiques qui rendront difficiles la conduite vers le point de rencontre prévu pour notre sortie. Nous décidons de bifurquer sur l’itinéraire prévu et de rebrousser chemin vers Elk Island, en suivant le rivage.

Dernières pensées du jour: J’ai trouvé une nouvelle façon de protéger la tente.

 

Jour 3: Rima prend le contrôle


Rima tente d’escalader la crête

Darcy escalade la crête

Statistiques:

Nous sommes levés vers 8h10 pour partir en skis vers 10h. Après avoir enseigné les rudiments de la boussole et du GPS à Rima, c’était à elle de naviguer vers la destination du jour. Elle a consulté la boussole et s’est élancée en ski en toute confiance, un peu à côté de l’objectif fixé. Elle a skié pour environ 10-15 minutes avec de procéder à une seconde lecture et elle a été en mesure de corriger sa trajectoire. Après une série de zigzags, elle a prit l’habitude de prendre des mesures fréquentes.

Les pensées de Rima
Oh la la! Pas nerveux? Parce que c’est moi qui ai la boussole en main aujourd’hui ! Voyons voir si je suis capable de garder le cap. Suivre la flèche noire et chercher quelque chose à atteindre. Y’a rien devant moi, à l’horizon. Je me demande si les nuages sont assez lents pour… ? Bon, disons que je veux aller… vers ce gros nuage. – 10 minutes plus tard- Bon. Ce n’était pas tellement une bonne idée. « Désolé Darcy, on s’est gourés ». Ok, on essaye de nouveau. Y’a un genre de tache là-bas dans le fond du paysage, la flèche semble vouloir pointer vers la gauche. – 10 minutes plus tard- Pfft! Encore un peu hors-trajet « Désolé ». Ok, on essaye encore en faisant seulement 100 pas avant de reprendre une lecture. Bingo! Je l’ai ! Merci Darcy pour ta patience !

Hum.... Je me demande combien de temps Darcy peut skier sans prendre une pause?

Trouver du poisson

Il reste 8 km et Rima semble déterminée à ne pas prendre de pause. Je poursuis donc encore 2 km avant de rencontrer des pêcheurs locaux qui font de la pêche commerciale. J’ai reçu deux dorés jaunes et un autre poisson.

Avant ça, nous avons traversé la crête de pression et du terrain à découvert. Rima a essayé de tirer sa traine à travers la neige mouillée (slush) avec difficulté.

Les pensées de Rima
Bon. Darcy est loin maintenant. Oh! Une crête de pression ! Allons donc voir comment on peut passer ce foutu truc au-dessus. Oups! « slush puppies » et les skis sont pris dedans! Cette neige fondante est un bordel. Oups! Un ski qui passe à travers la glace. Pas bon, pas bon du tout. Reculons vite et cherchons une autre route.

Darcy a du poisson!

 

Le poisson était bienvenu et nous a remonté le moral. Il y venté tout la journée, des vents de 15-20 km/heure. Nous avons monté le camp à Elk Island, protégé des vents qui soufflaient. La neige s’accumulait et devenait problématique. J’ai préparé le poisson et des pommes de terre pilées lyophilisées. C’était très bon ! Rima a mangé la tête et la queue du poisson.
 

Les pensées de Rima
Miam miam! Les joues du poisson sont tellement bonnes!
Les yeux, eux, étaient un peu trop petits…
Allons voir ce qu’il va penser quand je vais
entreprendre les lèvres de ce poisson!

Dernières pensées du jour: quand vient le temps de monter la tente dans une coulée de neige, creusez-la afin de vous assurer un plus grand confort.

 

 

Jour 4: Annonce de mauvais temps


Darcy garde la pause en compagnie de pêcheurs locaux

Statistiques:

 

Debout à 8h et prêts à partir vers 9h45. Nous avons longé le rivage en direction de Grand Beach.

Les pensées de Rima
C’est moi qui cuisine ce soir! Je vais préparer un poisson aux haricots noirs, accompagné de couscous et de soupe aux algues. Le tout suivi d’une barre de chocolat. Je vais d’abord faire bouillir l’eau pour rassurer le monsieur et ensuite, je vais faire cuire mon poisson. Oui, ce sera assurément une réussite culinaire ce soir!

Sur notre trajet, nous avons rencontré des pêcheurs commerciaux locaux. Ils nous ont donné d’autres poissons et des données précieuses sur les prédictions météorologiques. On prévoit des vents de 60 km/h pour notre cinquième journée, et ce dès le matin.

Nous avons monté le camp vers 17h30 cette fois, en s’orientant vers le nord-est de Grand Beach afin de profiter de la protection contre les vents. Quelques 8 km de plus à parcourir ce qui représente environ 2 heures supplémentaires. À Grand Beach, j’ai creusé pour installer la tente et j’ai ancré solidement la tente contre les vents déchainés prévus pour s’abattre sur la région. C’était assez solide pour résister aux bombes…

Les pensées de Rima
Sage utilisation d’informations pertinentes.

Donc, ma tâche était de monter la tente pendant que Darcy creusait la coulée de neige. Est-ce vraiment difficile de monter une tente quand il fait froid? Je ne peux pas enfiler les tiges de la tente de la bonne façon. Ok, on enlève les gants mais on prend bien soins de garder les petits gants minces. Brrr ! Mes mains sont gelées. Maintenant, je ne peux plus remettre mes gros gants! Ca va bien! « Oh! Mains plein de pouces… » Tant pis, il est tard et il faut que j’en finisse avec cette tente, car ce soir c’est moi qui cuisine!

 

Nous sommes installés autour de 20h30. Rima cuisinait et elle avait de la difficulté avec le réchaud. Comme nous étions tous deux fatigués, nous avons opté pour la nourriture lyophilisée mais nous avons quand même eu de la soupe au poisson et aux algues. La soupe était bonne mais à petite dose. Rima a encore mangé la tête du poisson. Vers 23h, nous avons fait un petit feu pour nous sécher.
 

Les pensées de Rima
Oh! Le réchaud suédois est crevé et ne veut rien savoir. Je pense que je vais opter pour un petit réchaud MSR. Flûte, il n’arrête pas de crachoter sans s’allumer. Il doit être encrassé. De retour pour essayer de partir ce réchaud suédois. Oh! Des explosions d’étincelles mais rien qui tienne… « Darcy, peux-tu voir si tu peux tirer quelque chose de ce truc? ». Y’a des morceaux qui tombent ce qui explique que le combustible ne peut se rendre là où il devrait être.

Il est 21h15 et Darcy recommande que l’on mange lyophilisé, ce à quoi j’acquiesce avec un soupir… pas de poisson aux haricots noirs… mais bon, je peux toujours préparer une soupe à la tête de poisson!

 

Dernières pensées du jour : On a mis la tente dans la mauvaise direction !

Jour 5: De retour à la maison


Des légères engelures héritées
la veille et formant des ampoules
sur le bout des doigts

Statistiques:

Debout à 7h50 et prêts à partir vers 9h30. Rima a préparé des saucisses. J’étais un peu méfiant au départ mais elles étaient finalement assez bonnes. 

Les pensées de Rima
Je pense que je vais essayer de préparer un autre repas pour Darcy- un truc de secours qui fonctionne toujours- un mélange végétarien que l’on peut former soi-même. Je ne lui demande pas parce qu’il risque de refuser… Je ferai mieux de réchauffer la bouteille d’huile d’olive sous mes aisselles…

 

Nous avons pris la route lentement étant donné que nous avons dû voyager à travers la neige épaisse. Comme Rima était en charge de la navigation, j’ai décidé de skier derrière elle ce qui rendait la chose plus facile car elle ouvrait les pistes. Nous avons maintenu un bon rythme et pris quelques pauses en route. Quelques forts coups de vents ont réussi à nous déstabiliser. Nous sommes arrivés juste à temps à la voiture et le retour à la maison s’est accompagné d’une bonne pizza.

Dernière pensée: C’était une belle aventure.